Enseignement à distance, semaine 1

Ce que j’ai appris après une semaine d’enseignement à distance.

Vendredi 13 mars 2020

Ce vendredi matin, je me rends à Lausanne, pour un rendez-vous de coordination de la filière Interactive Media Designer. Je ne le sais pas encore, mais c’est la dernière occasion de rencontrer mes collègues en “live” avant longtemps.

Dans l’après-midi, à 14h, le canton annonce la fermeture des écoles jusqu’au 30 avril, et le début de l’enseignement à distance.

Durant le week-end, pas de communication, pas d’annonce officielle. Je me questionne sur la manière d’aborder la suite. Notre école n’a encore jamais pratiqué l’enseignement à distance, nous sommes en territoire inconnu.

Je décide de mettre en place une plate-forme d’échange, afin que les enseignants de ma filière puissent communiquer, échanger leurs idées et expériences.

J’ai utilisé avec mes élèves diverses plateformes pour optimiser notre communication. L’une de mes préférées est Basecamp: c’est un outil de gestion de projets, largement utilisé dans le monde du développement web. D’ailleurs, Basecamp est l’œuvre d’une agence de web design, 37signals, célèbre pour avoir créé Ruby on Rails, un framework d’application web open-source.

Je réalise que de nombreuses écoles dans le monde sont dans le même cas, et des enseignants mettent en place des endroits pour échanger leurs conseils et expériences.

Je récolte mes trouvailles dans un document Basecamp. Cette étude me pousse à choisir Zoom comme solution de vidéo-conférence, plébiscitée par de nombreuses écoles.

Le dimanche soir, 15 mars, à 23h20, j’écris une invitation à tous les enseignants de ma filière, à utiliser ces deux plateformes:

Ce mail, à mes yeux, était d’importance vitale.

À ce moment, nous étions à 48h après l’annonce de fermeture par les autorités. Tous les enseignants étaient dans l’incertitude quand au nouveau fonctionnement. Il devenait urgent de garder le contact, et de proposer des outils concrets pour communiquer.

J’ai choisi deux outils qui m’ont paru les plus simples dans leur domaine. J’ai aussi pris en considération Slack (déjà utilisé en partie par l’école) et Discord. Mais j’ai estimé que ces outils sont trop “techniques” et trop fortement axés sur le mode “flux de discussion continu”. Basecamp permet de structurer l’information et d’avoir un niveau “bavardage continu”, et un niveau “documents informatifs”.

Durant cette première semaine, ces deux plateformes ont été très utilisées:

  • Basecamp pour le partage par écrit, les questions/réponses, les bavardages.
  • Les vidéo-conférences Zoom du matin, entre 9:45-10:15, ont joué un rôle social important. Elles ont permis de garder le contact humain, d’échanger nos expériences à vif (les enseignants du lundi relayant leur vécu aux collègues du jour d’après).

Ayant constaté des difficultés dans la prise en main de Zoom, je produis une série de tutoriels vidéo:

Ces vidéos, enregistrées sans autre outil que mon laptop, ont été très utiles aux enseignants et élèves. Trois autres écoles m’ont contacté pour les transmettre à leur personnel.

Une semaine plus tard

Durant cette semaine historique, l’ensemble des enseignants de l’eracom a découvert l’enseignement à distance. Globalement, une très bonne dynamique s’est établie, la motivation et l’engagement des élèves est resté fort. Plusieurs élèves ont mis en place des serveurs Discord pour leur classe.

Des enseignants donnant leur cours en vidéo-conférence avec Zoom ont été surpris par la proximité qui s’est établie avec les élèves – parfois plus qu’en salle de classe! Un exemple:

Une vraie révolution des pratiques s’est opérée durant cette semaine. Cette période d’isolation va très certainement transformer notre enseignement de manière durable. Les outils de communication ont montré une grande efficacité, même dans l’usage très improvisé que nous en avons fait.

Je suis très curieux du bilan que nous en ferons dans deux, trois semaines.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *